Vers l’opérationnalisation du règlement intérieur de l’aire marine protégée du Gandoule

Enda Energie a organisé, les 20 et 21 mars 2019 à Foundiougne, un atelier de pré-validation du règlement intérieur de l’aire marine protégée (AMP) du Gandoule. Cette activité rentre dans le cadre du projet «Accompagnement technique de la commune de Djirnda dans les îles du Saloum au Sénégal, pour la mise en œuvre expérimentale d’une filière durable de pêche artisanale durable».

L’organisation de cet atelier « constitue une action forte du projet dont l’objectif est de concevoir des mesures efficaces pour mieux réglementer la pêche artisanale au sein de l’AMP de Gandoule à travers une approche multi-acteurs qui privilégie le dialogue et la concertation entre les différentes parties prenantes”, a souligné M. Ousmane Gning, chargé de la mise en œuvre de ce programme à Enda Energie, lors de la cérémonie officielle d’ouverture.

Pour une prise en compte des préoccupations de toutes les parties prenantes, cette rencontre a vu la participation de plusieurs catégories d’acteurs : pêcheurs, institutionnels, OCB et ONG, CLPA, femmes transformatrices, entre autres.

Le projet d’accompagnement technique de la commune de Djirnda mis en oeuvre en partenariat avec l’Institut de la Francophonie pour le développement durable – IFDD et la fondation MAVA, sert de cadre d’échange entre les différents acteurs de la pêche sur un ensemble de mesures pertinentes et cohérentes de gestion garantissant la durabilité des espèces halieutiques et de l’environnement marin au sein de l’AMP de Gandoule.

L’absence d’outils efficaces de gestion et de contrôle des ressources représente un véritable frein à la durabilité de l’exploitation des espèces halieutiques dans les zones insulaires et notamment dans l’aire marine protégée du Gandoule.

Il est aujourd’hui reconnu que la dégradation des ressources naturelles est un problème grave au Sénégal, en particulier dans les zones insulaires très vulnérables aux effets des changements climatiques. Dans la commune de Djirnda la vulnérabilité des ressources halieutiques et de l’écosystème estuarien continue à s’accentuer au fil du temps, avec des techniques de pêche non durables, le non-respect des mesures de gestion et de sauvegarde.

Face à ces défis majeurs, un effort concerté est donc nécessaire pour que les meilleures pratiques deviennent courantes afin que la mise en œuvre d’une filière de pêche artisanale durable puisse contribuer à la relance de l’économie locale et réponde mieux à l’Objectif de Développement Durable 14 « Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources aux fins de développement durable ».

C’est dans cette perspective qu’Enda Energie a lancé ce projet avec ses partenaires.

Cet effort concerté est nécessaire pour que les meilleures pratiques deviennent courantes afin que la mise en œuvre d’une filière de pêche artisanale durable puisse contribuer à la relance de l’économie locale.

Les deux jours de rencontre ont permis d’améliorer et de renforcer le règlement intérieur de l’AMP, qui après sa validation, fera office d’instrument juridique et réglementaire fondé sur le principe de cogestion et d’orientation vers la durabilité et surtout permettra au conservateur et au comité de gestion de disposer d’un outil de travail fondé sur des bases juridiques, sociales et environnementales claires.

Pour une meilleure appropriation de cet outil, les acteurs ont été invités à relever le défi de la sensibilisation des populations locales, des pêcheurs, des femmes transformatrices des produits halieutiques et tous les usagers des ressources naturelles pour une meilleure gestion durable des pêcheries.